Aller au contenu


Photo

Deux Policiers mettent fin à leurs jours


  • Veuillez vous connecter pour répondre
5 réponses à ce sujet

#1 éternité

éternité

    Accro

  • Membres
  • 1 380 messages
  • Gender:Female

Posté 12 avril 2017 - 11:45

http://actu17.fr/5004

 

http://actu17.fr/5025

 

 

... :crying: :crying:



#2 Cali91

Cali91

    Amazone en treillis

  • Modérateurs
  • 10 898 messages
  • Gender:Female

Posté 12 avril 2017 - 17:50

:drapeaublanc:


MERE FOUETTARDE

#3 gwadaboy

gwadaboy

    Accro

  • Membres
  • 1 531 messages
  • Gender:Male

Posté 13 avril 2017 - 05:57

R.I.P les gars
Le coup le plus rusé que le diable ait réussi, c'est de convaincre tout le monde qu'il n'existe pas.

#4 shield

shield

    Accro

  • Membres
  • 2 143 messages
  • Gender:Female
  • Location:seine saint denis
  • Interests:Toi

Posté 13 avril 2017 - 17:42

:xxxxxrep: :crying: :xxxxxrep:  :crying: 



#5 ratp

ratp

    Fidèle

  • Membres
  • 340 messages
  • Gender:Male
  • Location:Savoie

Posté 22 avril 2017 - 12:29

Claude (1) est encore sous le choc. Ce policier a assisté, jeudi soir, à l'assassinat de Xavier Jugelé, son collègue de la 32e compagnie d'intervention de la direction de l'ordre public et de la circulation de la préfecture de police de Paris (DOPC) abattu par Karim Cheurfi, ce terroriste dont l'acte a été revendiqué par l'état islamique.

«Je n'ai pas vu arriver la voiture du terroriste mais j'ai entendu un bruit sourd monter ; c'était en fait des voix qui criaient. Et soudain un bruit sec de détonations d'arme à feu a résonné. Je ne sais pas bien combien il y a eu de tirs. Ça s'est passé très vite. Et puis, un de mes collègues de la 32e compagnie a crié : « Il est touché ! Il est touché ! ». Et j'ai vu que Xavier, qui était au volant de notre car, avait la tête affaissée sur sa poitrine et qu'il saignait. Il est mort sous nos yeux. C'est une vision que je ne pourrai jamais oublier… Nous nous sommes alors baissés pour éviter que d'autres tirs éventuels ne nous atteignent. Et puis j'ai entendu une nouvelle rafale à quelques mètres de notre véhicule. C'est juste après qu'un de mes collègues a ouvert le feu et abattu l'homme qui venait de nous prendre pour cible et se tenait à quelques mètres de nous avec un fusil dans les mains. Il y a alors eu un moment où tout a semblé se figer, devenir immobile. Et puis, la réalité a repris le dessus. Nous avons rapidement compris que deux autres de nos collègues, qui étaient en faction sur le trottoir, avaient aussi été atteints par les balles du terroriste», relate Claude, traumatisé par cette scène d'horreur.

«Nous nous sommes alors rués sur notre agresseur qui s'était écroulé au sol, poursuit le jeune policier. Nous n'avions qu'une idée : le neutraliser car nous avons craint qu'il puisse se relever et faire feu à nouveau sur nous ou sur des passants. Nous l'avons menotté tandis que des collègues se sont mis en protection autour de nous avec leur arme. Dans un même temps, nous avons lancé un message radio pour dire que nous étions victimes d'une attaque et que nous avions besoin de secours de toute urgence. Nous avons aussi crié aux gens qui passaient de se coucher au sol, de ne pas approcher, car nous ne savions pas si cet homme était accompagné de complices».

 

La dépeche du midi

 

1/ prénom d'emrunt


Modifié par ratp, 22 avril 2017 - 12:34.


#6 grandtom

grandtom

    Mediateur Bénévole

  • Animateurs
  • 22 427 messages
  • Gender:Male

Posté 22 avril 2017 - 14:16

Petite erreur de thread je pense.


I T M F A





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)