Aller au contenu


Photo

Création d'une école "Police Municipale" ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
110 réponses à ce sujet

#1 tribaldogue

tribaldogue

    Très Méchant Modo

  • Modérateurs
  • 12 385 messages
  • Gender:Male
  • Location:Hauts-de-Seine 92

Posté 17 février 2010 - 12:31

Police municipale : le défi de la formation

La demande de sécurité publique locale reste forte et les polices municipales sont confrontées à l'évolution rapide de leurs missions. Dans ce contexte, un besoin de professionnalisation du métier s'affirme et interroge la formation de ceux qui l'exercent. Son dispositif est-il à la hauteur de l'enjeu ?

Prévention, dissuasion, répression, police judiciaire, administrative, de proximité... le spectre d'exercice du métier de « flic municipal » est large... et en expansion. Le maire exerce désormais un « rôle pivot » en matière de politique locale de sécurité... Et le proche avenir devrait renforcer encore le rôle des PM : les suppressions de postes n'épargneront pas la police nationale, le rapporteur du projet de loi LOPSI (en discussion) souhaite que les policiers municipaux deviennent des OPJ... Dans ce contexte de mutation et de montée en puissance, la PM est en recherche de professionnalisation. L'enjeu passe par la formation . « C'est un gage de qualification et de reconnaissance qui renforce notre crédibilité vis-à-vis des populations et des autres forces de police », analyse un chef de PM. Le dispositif piloté par le CNFPT est-il à la hauteur de l'enjeu ? « Globalement perfectible » répondent les policiers consultés - dont certains sont formateurs au CNFPT -, tout en relevant l'intérêt d'un dispositif pédagogique alternant enseignements théoriques et mise en pratique, la volonté de l'établissement de les associer systématiquement à l'évolution de son offre et celle de l'adapter aux réalités du métier.

Temporalité inadaptée
L'exigence d'opérationnalité sur le terrain se heurte à un double décalage. Tout d'abord, entre la logique et la temporalité des recrutements, et les contraintes calendaires du CNFPT. Les policiers sont recrutés avant d'avoir suivi la formation initiale (FIA - 6 mois pour les agents et les chefs de service lauréats du concours interne, 9 mois pour les chefs de service lauréats du concours externe), mais celle-ci n'est organisée qu'à raison d'un nombre minimum de participants. Plusieurs semaines, voire des mois entiers séparent donc fréquemment le recrutement du départ en formation. L'exercice des fonctions étant lié à l'accomplissement de la FIA, ce décalage pénalise les agents qui ne peuvent exercer et les employeurs qui les rémunèrent dès leur nomination sans pouvoir, en principe, les utiliser de manière opérationnelle.

Défaut de réactivité
Il y a décalage, ensuite, avec le rythme soutenu de l'évolution rapide des textes et celui, plus lent, de la formation continue obligatoire (10 jours par période de 5 ans pour les agents et 3 ans pour les cadres). Des services de PM ont bien mis en place une veille juridique, mais la formation reste le meilleur moyen de garantir une application cohérente de la réglementation sur le territoire. « On peut comprendre qu'il est difficile de monter une formation pour chaque évolution juridique. Il y a un décalage entre les attentes du maire et la capacité de sa PM à répondre », explique Jacques-Henri Janssens, président de l'Association des policiers municipaux responsables de service (APMRS). S'ajoutent des contraintes d'organisation : une session de formation compte entre 15 et 20 stagiaires, en deçà elle est ajournée, au-delà, les participants renvoyés à une session ultérieure.

Application hétérogène
Autre point crucial, le constat d'hétérogénéité des formations dispensées. Le référentiel de formation des agents et des chefs de service est complet (celui des DPM a été validé par le CNO le 2 décembre 2009), mais général, laissant à chaque délégation du CNFPT le soin de le décliner. Le contenu de la formation connaît donc des variations d'une région à l'autre. À cela s'ajoute un déficit structurel notoire qui limite une mise en pratique jugée indispensable. « Les plateaux techniques demeurent insuffisants pour étudier les mises en situation opérationnelle, travailler les gestes techniques professionnels d'intervention, conduire en situation d'urgence... », expli­que Franck Denion, DPM de Montfermeil.

Le maniement des armes interroge également. Les policiers armés doivent suivre 12 heures de formation préalable (57 heures pour une arme de poing) et effectuer deux séances minimum par an d'entraînement au tir (le CNFPT proposera aux communes d'effectuer jusqu'à 4 séances en 2010). Encadré par 200 moniteurs formés par l'État, cet entraînement se heurte au nombre insuffisant de stands de tirs (des chefs de service confessent même envoyer leurs agents s'exercer dans des pays limitrophes) et sa fréquence varie selon que la commune mobilise ou non le financement permettant à ses agents de s'entraîner plus souvent. En dépit de référentiels nationaux, la nature de l'entraînement lui-même n'est pas homogène, alors que les professionnels affirment que seul le « tir dynamique » assure une réelle maîtrise de l'arme en situation. « Former au tir c'est bien, mais il faut aussi que la formation porte sur le policier armé sur la voie publique : comment se comporter ? comment ne pas
tirer ?... », ajoute Jacques-Henri Janssens.

Recherche d'équilibre
Évidente pour le tir, la question de la « philosophie d'intervention » traverse l'ensemble du corpus de formation. Le CNFPT s'est attaché à combler les besoins : des référentiels sont attendus fin 2009 pour les « brigades spéciales » (canine, équestre, motorisée) et la formation s'enrichit peu à peu de modules répondant aux nouvelles missions des services (délinquance juvénile, trafic de drogue, accueil des victimes...).
Mais dans un contexte d'extension du champ d'intervention et de réglementations de plus en plus spécialisées, l'effort répond en priorité aux exigences de spécialisation et de judiciarisation ; « la formation est plus axée sur la dimension technico-juridique du métier que sur le sens de l'intervention et le rôle de la PM en matière de prévention, de relationnel, de proxi­mité », analyse Virginie Malochet. Il est vrai qu'il est plus facile de délivrer un contenu technique que de faire passer un esprit...
Cela expliquerait que les cadres expriment un besoin de formation en matière de politiques locales de sécurité et de gestion des situations tendues en intervention. Le CNFPT proposera d'ailleurs en 2010 une nouvelle formation à la gestion de crise, conçue avec l'INHES (Institut national des hautes études de sécurité).

Spécialisée et intégrée
Pour la plupart des policiers, le remède passe par la création d'une École nationale, à l'image de celle des sapeurs-pompiers. Elle permettrait l'uniformisation des contenus de formation, une mise en pratique dans des structures adaptées, l'émergence d'un corps professoral en propre (le recours du CNFPT aux cabinets privés est fréquemment dénoncé), le développement de passerelles avec les autres forces de police et l'émergence d'un « esprit de corps ».
À cette hypothèse d'école spécifique, le ministère de l'Intérieur préfère la création de pôles de regroupement d'application, au sein du CNFPT. Une manière d'éviter que la reconnaissance de la spécificité de la filière aboutisse à la disjoindre du reste de la FPT, explique Virginie Malochet : « la formation doit être adaptée aux spécificités du métier et permettre de développer l'identité de la PM tout en rappelant son ancrage dans la FPT ». L'enjeu despécialisation doit se conjuguer avec l'exigence d'intégration, confirme Serge Colombié, responsable de la prévention des risques urbains à Drancy, car pour lui, « la politique locale de sécurité résulte d'une coproduction qui associe les policiers aux autres services municipaux et appelle une mise en œuvre transversale ».
Au total, tout n'est pas noir ou blanc. Si la formation du CNFPT s'est attirée des critiques, ce dernier en a pris conscience et s'est attaché à redresser la barre. Mais il convient surtout de replacer le dossier dans son contexte et ne pas oublier la séquence dans laquelle que nous sommes. Les policiers municipaux et leurs organisations bataillent auprès du ministère de l'Intérieur pour obtenir la création d'une école nationale. La critique du CNFPT et de ses formations est pour certains la meilleure manière de justifier l'impératif de l'école nationale. D'où la tentation parfois de noircir le tableau.

La Lettre du Cadre Territorial numéro 394 (1er février 2009)

#2 Anubis

Anubis

    V.I.P

  • Membres
  • 1 792 messages
  • Gender:Male
  • Location:Le royaume souterrain

Posté 17 février 2010 - 17:54

Création, pas pour tout de suite en tout cas à la lecture de cet article, même si j'aimerais bien et cela irait justement dans le sens de la professionnalisation! En espérant que les formateurs soient aussi au niveau! Car aujourd'hui c'est loin d'être la panacée, même si certains sont très pro (coucou Michel :whistling: ) et d'autres juste là pour encaisser la tune! Néanmoins les interrogations sont posées et c'est déjà un pas en avant vers cette future école! Peut importe pour le moment que cette Ecole (avec un grand E) soit dite Nationale ou simplement Régionale! Cordialement

#3 oscar70

oscar70

    Membre

  • Membres
  • 7 426 messages
  • Gender:Male
  • Location:France

Posté 17 février 2010 - 18:33

<_<

Modifié par oscar70, 26 octobre 2013 - 18:59.


#4 maxmel

maxmel

    Habitué

  • Membres
  • 112 messages

Posté 17 février 2010 - 20:56

ouais c bien, mais à quand aussi une formation pour nos maires. Etre bien formé et voir ensuite des politiques qui suppriment l'armement, des brigades de nuit, des brigades canines, au passage qui détruisent ce que les précédents ont mis en place, essayent de réduire nos missions avec des prétextes à 2 euros. Combien de municipalités se retrouvent dans ce cas là ces derniers temps? Avoir été tiré vers le haut pour ensuite être tirée vers le bas.

#5 steph

steph

    Habitué

  • Membres
  • 196 messages
  • Gender:Male
  • Interests:la peche, mer et riviere

Posté 05 mars 2010 - 11:18

salut. La vrai question, pourquoi des politiques (maire) commandent des policiers? Ok ils payent nos salaires, mais nous ne sommes pas responsable des humeurs bonnes ou mauvaises des politiciens qui demontent et remontent des polices selon leurs bon vouloir.Pourquoi pas une autorité nationnale de police municipale, avec les memes saliare pour tous, le meme armement, les memes competences, et une independance dans nos communes avec une applicartion de code penal et non pas l'interpretation du meme code par certain maire. Bien sur nous sommes au service de la commune qui nous paye.

#6 Jean-François

Jean-François

    V.I.P

  • Membres
  • 6 148 messages
  • Gender:Male
  • Interests:Ma famille, mes amis, la pêche à la mouche, le site présent, la guitare, le syndicalisme...

Posté 05 mars 2010 - 12:08

Pourquoi pas une autorité nationnale de police municipale, avec les memes saliare pour tous, le meme armement, les memes competences, et une independance dans nos communes avec une applicartion de code penal


Cela existe déjà et se nomme la POLICE NATIONALE !!!!!

#7 @lex

@lex

    Nouveau

  • Membres
  • 19 messages

Posté 06 mars 2010 - 00:45

Je suis pour la création d'une telle école. Mais dans ce cas, il faut également créer une école pour former correctement nos "formateurs"... et là, il y en a un paquet qui devront s'y inscrire! :whistling: Mais c'est avant tout aux maires de suivent des cours! :ohmy: Car c'est bien de recevoir une bonne formation. Mais si un maire ne sait pas ce que c'est un policier municipal, quelles sont ses compétences et quels pouvoirs il a ou non sur lui... il est impossible de faire un travail correct!

#8 le squale

le squale

    Elu de la République

  • Membres
  • 1 184 messages
  • Gender:Male
  • Location:France
  • Interests:Ma devise SERVIR comme sur ma première pucelle.

    Gonesse et Cie

Posté 06 mars 2010 - 06:40

Mais c'est avant tout aux maires de suivent des cours! :ohmy:



Le Code général des collectivités territoriales reconnaît aux élus locaux, dans ses articles L. 2123-12, L. 3123-10 et L. 4135-10, le droit à une formation adaptée à leurs fonctions. Ce droit s’exerce à condition que la formation soit dispensée par un organisme agréé par le ministre de l’Intérieur après avis obligatoire du Conseil national de la formation des élus locaux (CNFEL).

Et ils en ont vraiment besoin. :tongue:

#9 FABIAN27

FABIAN27

    V.I.P

  • Membres
  • 2 847 messages
  • Gender:Male

Posté 24 avril 2010 - 17:11

ca parle de l'ecole mais surement pas dans l'immediat plutot de convention cadre avec la PN et la GN aprés les motocyclistes et les brigades equestre le CNFPT pourrait plancher sur LES cynos et les brigade nautiques

#10 Darth Vader

Darth Vader

    Réservé

  • Bannis
  • 81 messages

Posté 24 avril 2010 - 17:17

Brigades nautiques ? Si le CNFPT s'en occupe on va avoir plein de "mini Titanics" :whistling: Déjà avec le tir beaucoup de PM qui tiraient plusieurs centaines de cartouches à l'année AVANT se retrouvent limitées à 2X 25 cartouches annuelles. Les moniteurs ne sont pas en cause mais l'organisation OUI !

Modifié par Darth Vader, 24 avril 2010 - 17:19.


#11 cartridge

cartridge

    V.I.P

  • Membres
  • 2 478 messages
  • Gender:Male
  • Location:Languedoc-Roussillon
  • Interests:Tir sportif<br />nage<br />moto<br />judo-jujitsu

Posté 24 avril 2010 - 17:51

Marre du CNFPT :wacko:

#12 RJ_BR

RJ_BR

    V.I.P

  • Membres
  • 2 271 messages
  • Gender:Male
  • Interests:Trail - Cyclisme (route VTT) - Rugby

Posté 24 avril 2010 - 18:05

Brigades nautiques ? Si le CNFPT s'en occupe on va avoir plein de "mini Titanics" :whistling:

Déjà avec le tir beaucoup de PM qui tiraient plusieurs centaines de cartouches à l'année AVANT se retrouvent limitées à 2X 25 cartouches annuelles. Les moniteurs ne sont pas en cause mais l'organisation OUI !


Ce qui est notre cas !!! et dire que l'on a toujours pas reçu les attestations tir 2009 du CNFPT. Heureusement... ils nous ont envoyé de beaux carnets de tir pour 2010 !!!!

salut.

La vrai question, pourquoi des politiques (maire) commandent des policiers? Ok ils payent nos salaires, mais nous ne sommes pas responsable des humeurs bonnes ou mauvaises des politiciens qui demontent et remontent des polices selon leurs bon vouloir.Pourquoi pas une autorité nationnale de police municipale, avec les memes saliare pour tous, le meme armement, les memes competences, et une independance dans nos communes avec une applicartion de code penal et non pas l'interpretation du meme code par certain maire. Bien sur nous sommes au service de la commune qui nous paye.


Euh... là il fallait choisir la PN ou la GN. j'ai choisi la municipale pour la diversité de ses missions et les différences entre les collectivités (zone PN ou GN, environnement rural, balnéaire, urbanisé...) Si on commence à tout vouloir uniformisé de façon être une PN bis, perso ça ne m'intéresse pas !!!

Modifié par RJ_BR, 24 avril 2010 - 18:11.


#13 FABIAN27

FABIAN27

    V.I.P

  • Membres
  • 2 847 messages
  • Gender:Male

Posté 24 avril 2010 - 22:50

Marre du CNFPT :wacko:

cartridge je peux te dire que je dis la facon de penser des pm au cnfpt
j'ai meme demandé que le fia et fco soit fait de maniere identique sur les deleguations regionales

#14 APJ

APJ

    V.I.P

  • Membres
  • 2 363 messages

Posté 27 avril 2010 - 12:18

cartridge je peux te dire que je dis la facon de penser des pm au cnfpt
j'ai meme demandé que le fia et fco soit fait de maniere identique sur les deleguations regionales


Avec des vrais formateurs PM et non des extérieurs comme nous pouvons voir dans différentes formations....

#15 faribole

faribole

    Nouveau

  • Membres
  • 17 messages

Posté 27 avril 2010 - 15:25

[quote name='@lex' date='05/03/2010, 23:38' post='264725']
Je suis pour la création d'une telle école.
Mais dans ce cas, il faut également créer une école pour former correctement nos "formateurs"... et là, il y en a un paquet qui devront s'y inscrire! :whistling:
:


C'est vrai que s'il y avait une école on pourrait peut être prétendre à avoir de vrais formateurs. Actuellement avec le CNFPT, on en trouve quelques uns de bons en faisant le beau mais il faut savoir reconnaître que bien souvant nous avons à faire avec des PM qui viennent uniquement pour arrondir les fins de mois ou faire de la pub pour leur syndicats réciproque. Dans certains cas cela devient une vrai misère.

#16 cartridge

cartridge

    V.I.P

  • Membres
  • 2 478 messages
  • Gender:Male
  • Location:Languedoc-Roussillon
  • Interests:Tir sportif<br />nage<br />moto<br />judo-jujitsu

Posté 28 avril 2010 - 14:25

cartridge je peux te dire que je dis la facon de penser des pm au cnfpt
j'ai meme demandé que le fia et fco soit fait de maniere identique sur les deleguations regionales

Salut :D

j'ai rien contre toi cher collègue.

Je pense que le CNFPT n'est pas adapté pour nous et que son mode de fonctionnement style copinage n'est pas bon du tout.

#17 grand bleu

grand bleu

    V.I.P

  • Membres
  • 5 227 messages
  • Gender:Male
  • Location:Sépresquelà
  • Interests:La mer, le soleil, la plongée, la randonnée et la boxe anglaise.

Posté 01 mai 2010 - 09:50

Pour continuer dans le sujet initial, il semblerait (d'après des sources non officielles) que la PM va être regroupée pour ses formations dans 3 ou 4 pôles et que c'est tout frais. Pour le grand sud est, ce serait Fos sur mer où siégeait jusqu'à maintenant l'école de PN ......

#18 apple boys

apple boys

    Habitué

  • Membres
  • 185 messages
  • Gender:Male

Posté 02 mai 2010 - 18:36

moi je suis pour une école PM, car je trouve que la FIA n'est pas adaptée avec les missions qui nous sont demandées aujourd'hui, et encore moins les formations proposées à longueur d'année ainsi qu'en FCO.

#19 CALLAHAN

CALLAHAN

    V.I.P

  • Membres
  • 1 351 messages
  • Gender:Male
  • Location:france

Posté 02 mai 2010 - 20:39

moi je suis pour une école PM, car je trouve que la FIA n'est pas adaptée avec les missions qui nous sont demandées aujourd'hui, et encore moins les formations proposées à longueur d'année ainsi qu'en FCO.

Exact mais c'est toute l'hypocrisie autour de la Pm qu'il faut dénoncer.La réalité de ce qu'est la pm aujourd'hui et la théorie politique sont bien dissemblables

#20 FABIAN27

FABIAN27

    V.I.P

  • Membres
  • 2 847 messages
  • Gender:Male

Posté 02 mai 2010 - 20:45

Les formations motocyclistes

La formation continue motocycliste des agents des cadres d’emploi de la police municipale se présente sous forme de deux modules. Cette formation d’une durée de 80 heures maximum, se décompose comme suit :

Module 1
Un volet général, d’une durée de 50 heures, porte sur la maniabilité et les techniques de base de pilotage d’une motocyclette.

Module 2
Un volet technique, d’une durée de 30 heures, traite des gestes et techniques professionnels d’intervention spécifiques aux unités motocyclistes.

Organisée par le CNFPT, cette formation est assurée par des formateurs motocyclistes de la police nationale et de la gendarmerie nationale.

Cette formation se déroulera :

- pour la police nationale, à l’école nationale de police de SENS (89), centre national de formation motocycliste,
- pour la gendarmerie nationale, au centre national de formation motocycliste de FONTAINEBLEAU (77)

Elle donne lieu à l’établissement d’une attestation délivrée par le CNFPT.


Les formations équestres


La formation équestre d’une durée de 80 heures maximum, se décompose comme suit :

Module 1
Un volet général, d’une durée de 60 heures, porte sur la maniabilité et les techniques de base de conduite d’un cheval.

Module 2
Un volet technique, d’une durée de 20 heures, traite des gestes et techniques professionnels d’intervention spécifiques aux unités équestres.

Organisée par le CNFPT, cette formation est assurée par des formateurs équestres de la gendarmerie nationale au centre national de formation équestre de ST GERMAIN EN LAYE (78).

Elle donne lieu à l’établissement d’une attestation délivrée par le CNFPT.


Autres formations spécialisées


Le CNFPT se réserve la possibilité de solliciter les compétences de la police nationale et de la gendarmerie nationale dans le cadre d’autres formations spécialisées par exemple à destination des unités cynotechniques et nautiques ou fluviales des polices municipales. Ces nouveaux dispositifs devront faire l’objet d’un avenant à ce protocole cadre




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)