Aller au contenu


Photo

Meurtre de Cédric J. CDS de la PM de St Arnoult


  • Veuillez vous connecter pour répondre
209 réponses à ce sujet

#201 brima

brima

    Modératrice

  • Modérateurs
  • 16 777 messages
  • Gender:Female

Posté 25 octobre 2016 - 21:42

Assises des Yvelines : la veuve du policier égorgé tente de se reconstruire

La photo de Cédric en uniforme est posée à côté d’elle, sur le banc des parties civiles. Devant les assises des Yvelines, Nathalie fait front depuis lundi. Dans le box, Freddy Gaillard, le père de ses deux enfants, qui fut son concubin pendant 20 ans, est jugé pour assassinat. En novembre 2012, cet ancien chauffeur de car a égorgé au cutter Cédric Josso, le chef de la police municipale de Saint-Arnoult-en-Yvelines, avec lequel Nathalie avait refait sa vie. Ils devaient s’installer à Béziers (Hérault), avec leurs enfants respectifs. Une vie ailleurs, autrement, loin des SMS obscènes et menaçants dont Gaillard arrosait Nathalie.

« Pendant 20 ans, j’ai vécu avec quelqu’un qui me faisait peur. Mon histoire avec lui, c’est celle d’une femme battue. Il m’a isolée. Je ne voyais plus personne », détaille-t-elle au cours d’une suspension d’audience. Entourée de ses deux enfants âgés de 16 et 17 ans, Nathalie tente « d’avancer ». « Nous formons un trio solide, malgré les difficultés, dit-elle. J’attends la fin du procès. Je crois que ce sera le début d’une autre vie. » « Après ce qu’elle avait vécu, Cédric, c’était la chance de sa vie », résume sa mère à la barre.

Le 30 novembre 2012, Cédric Josso a été retrouvé dans une mare de sang par un de ses collègues, étendu sur le sol de son bureau. Il avait 38 ans et deux enfants d’une première union. 24 plaies, la gorge entaillée sur 23 cm… « C’était une mutilation au-delà de toute ressource thérapeutique », souligne le médecin qui a pratiqué l’autopsie. Ce mardi après-midi, dans un silence de cathédrale, les photos insoutenables des blessures infligées au policier ont été projetées sur les écrans de la salle d’audience. « Vous aviez de la haine ? », interroge la présidente. « Pas spécialement », élude Freddy Gaillard, qui décrit depuis le début du procès des relations « cordiales, dans le respect » avec Cédric. « Mais comment passer de rien, du cordial, à 24 coups de cutter ? », tente encore la présidente. « Je n’ai pas pu me retenir, explique Gaillard. Quand il m’a dit qu’ils partaient tous à Béziers, je suis devenu fou ». Le verdict est attendu demain.
leparisien.fr - 25/10/2016
 



#202 brima

brima

    Modératrice

  • Modérateurs
  • 16 777 messages
  • Gender:Female

Posté 26 octobre 2016 - 17:22

Aux assises des Yvelines : "C’est moi qui l’ai fait tomber, je me suis acharné"

Le procès de Freddy Gaillard, jugé pour l’assassinat du chef de la police municipale de Saint-Arnoult-en-Yvelines, le 30 novembre 2012, s’est poursuivi, mardi 25 octobre, devant la cour d’assises de Versailles.
Cédric Josso, chef de la police municipale, était le nouveau compagnon de l’ex-conjointe de l’accusé. Il allait être muté, peu après, à Béziers (Hérault). La nouvelle était parue dans le journal municipal, deux jours plus tôt.

« Je me suis fait le flic de ma femme »
Après avoir égorgé Cédric Josso, Freddy Gaillard s’est rendu dans un bar et a avalé une pinte, les mains ensanglantées, en trente secondes. Puis, il se serait vanté dans un restaurant : « Je me suis fait le flic de ma femme. »

Une heure plus tôt, à 12h30, Freddy Gaillard s’est introduit dans le local de la police municipale. Les lieux sont déserts. Cédric Josso est resté à son bureau pour traiter la paperasse. Son collègue et ami, Jérémy Nalepa, témoigne : « Il avait l’habitude de rester sur l’heure du déjeuner. »

Freddy Gaillard, lui aussi, avait l’habitude de venir au poste. Pour « parler des enfants et de la vie en général ». L’avocat général le questionne : « Comme un copain qu’on va voir ? » Jérémy Nalepa raconte, à la barre : « Il y avait une entente cordiale, ils allaient fumer une cigarette ensemble. » Selon la gérante du kebab dans lequel les deux hommes venaient régulièrement : « Ils s’asseyaient à la même table, ils discutaient. »

Lorsque Jérémy Nalepa arrive dans les locaux de la police municipale, à 12h50, il trouve son chef gisant dans son bureau. Le collègue explique : « Aucune échappatoire n’était possible. » Il décrit le bureau déplacé, et le souvenir du visage de Cédric Josso, lacéré : « C’était pas un foudre de guerre au niveau de la bagarre. »

« Il bougeait encore »
Au total, vingt-quatre plaies ont été constatées sur le corps de la victime. Au cours de l’audience, lors de la projection des photos du corps de Cédric Josso baignant dans son sang et de sa plaie à la gorge, Freddy Gaillard ne baisse pas les yeux. Le premier coup a été donné à la gorge. L’expert qui a réalisé l’autopsie l’affirme : « En dix secondes, la perte de connaissance est définitive. »

L’accusé le reconnaît : « C’est moi qui l’ai fait tomber, je me suis acharné. Mais il bougeait encore. »
L’arme ? Un cutter, acheté deux mois plus tôt, dont les gendarmes ont retrouvé l’emballage dans la voiture. L’explication de cet achat a changé : d’abord pour se suicider, puis en raison de sa « paranoïa ». Pourtant, l’accusé portait sur lui un couteau.

Me Stichelbault, avocat de la première femme de Cédric Josso, lui demande pourquoi avoir acheté un cutter. Freddy Gaillard murmure : « Parce que c’est plus coupant. »

Quand on lui demande s’il a agi par jalousie, comme lors d’un crime passionnel, il répond : « Non. Cédric Josso m’a dit qu’il voulait partir vivre avec Nathalie et mes enfants à Béziers. J’ai vu son sourire. Je suis devenu fou. »

Des enfants qu’il voyait manifestement peu. Son fils, alors âgé de 11 ans, avait déclaré aux enquêteurs : « Je crois qu’il va aller en prison. Mais comme on ne le voyait pas beaucoup, ça va pas changer grand-chose. »

Le verdict est attendu ce mercredi soir.
Sophie Le Noën - l'Echo républicain - 26/10/2016



#203 brima

brima

    Modératrice

  • Modérateurs
  • 16 777 messages
  • Gender:Female

Posté 26 octobre 2016 - 22:21

25 ans de réclusion pour Freddy Gaillard

Inébranlable, le colosse n’a pas flanché. Freddy Gaillard, 49 ans, a été condamné ce mercredi soir à 25 ans de réclusion criminelle assortis d’une période de sûreté de 16 ans, par la cour d’assises des Yvelines. Regard de glace, collier de barbe blanche à la Sean Connery, cet ancien chauffeur de car passionné par les films sur la guerre du Viêt Nam, était jugé depuis lundi pour l’assassinat de Cédric Josso. Chef de la police municipale de Saint-Arnoult-en-Yvelines, Cédric, 38 ans, père de deux enfants, a été égorgé au cutter dans son bureau, le 30 novembre 2012. Il avait refait sa vie avec Nathalie, l’ancienne compagne de Freddy Gaillard.

Au cours du procès, Gaillard a campé sur sa position. Il plaide le « coup de folie », le « coup de sang ». Et affirme qu’il est subitement « devenu fou » lorsque Cédric lui a annoncé qu’il s’installait à Béziers (Hérault) avec Nathalie et les enfants. Ce jour-là, il était venu « discuter » avec Cédric. Le poste de police était désert. La « discussion » s’est achevée dans un bain de sang. Ensuite, Freddy Gaillard est allé boire une bière dans le café d’à côté. Puis s’est garé devant la gendarmerie de Saint-Arnoult pour se rendre. « J’ai défoncé le chef de la police municipale », a-t-il expliqué aux gendarmes.

Le cutter qu’il avait dans la poche, acheté un mois plus tôt au Bricorama de Rambouillet ? « C’était pour me suicider » assure-t-il. La succession de coups de cutter, ces 24 plaies, l’entaille béante à la gorge, longue de 23 cm ? A-t-il porté les coups alors que Cédric était debout comme il le prétend, ou plutôt lorsque le policier était au sol, le visage déjà couvert de coupures comme le suggère le médecin légiste ? Gaillard ne se « souvien [t] plus ».

Pendant trois jours, l’avocate générale, la présidente et les avocats des parties civiles ont tout tenté pour le pousser dans ses retranchements. « Dites-nous la vérité. Pour être fier de vous devant vos gamins quand vous sortirez de prison », tente Laurent-Franck Lienard, l’avocat de Nathalie. « Un peu de courage ! Les parties civiles, dévastées, ont besoin de savoir ce qui s’est passé dans ce bureau », renchérit Pierre Stichelbaut, qui assure la défense de Céline, l’ancienne épouse de Cédric. Freddy Gaillard ne lâche rien.

Marjorie Obadia, l’avocate générale, qui a réclamé « au moins » 20 ans de réclusion, s’est forgé une conviction. « La rancœur. C’est ce qui animait Freddy Gaillard. C’est aussi ce qui l’a conduit à préméditer son geste. Il avait perdu Nathalie, ses enfants, le pavillon de Bullion, résume-t-elle. Alors il élimine Cédric, le catalyseur de ses problèmes, de son sentiment d’échec. » Le discernement de Freddy Gaillard a-t-il été altéré au moment des faits ? « Il y a en lui des phénomènes intenses de dépression, estime la magistrate. Ils ont pu constituer une forme d’altération du discernement ». Après 5 heures de délibéré, les jurés ont retenu cette hypothèse, mais ont considéré qu’elle ne constituait pas une circonstance atténuante pour autant.
leparisien.fr - 26/10/2016
 



#204 Will.Adama

Will.Adama

    V.I.P

  • Modérateurs
  • 1 987 messages
  • Gender:Male
  • Location:Aquitaine

Posté 26 octobre 2016 - 23:26

Merci brima.



#205 lpascal24

lpascal24

    V.I.P

  • Membres
  • 1 196 messages
  • Gender:Male
  • Location:dordogne / Charente Maritime

Posté 27 octobre 2016 - 09:43

Un assassin qui refuse la vérité à la famille, des souvenirs lorsque c'est en sa faveur et un défaut de mémoire lorsqu'il doit parler des faits, des contradictions sur ses dires et certaines réalités de la scène. Des parents et une soeur dans la douleur extrême mais très courageux lors de cette audience. L'expert psy a reconnu le risque extrême de récidive il y avait en face un assassin qui est capable de recommencer à n'importe qu'il moment.... 30 ans aurait été un minimum.


On peut aussi noter l'absence des élus de Saint Arnoult, pour le maire et ses adjoints cela montre le non respect de la police municipale, il se fichent qu'un policier soit assassiné en tenue dans le poste de police ... honte à eux.

Par contre des collègues P.M. étaient présents pour soutenir les parties civiles, BRAVO

Modifié par lpascal24, 27 octobre 2016 - 12:39.


#206 cobra

cobra

    V.I.P

  • Membres
  • 4 334 messages
  • Gender:Male

Posté 27 octobre 2016 - 12:03


on peut aussi noter l'absence des élus de Saint Arnoult, pour le maire et ses adjoints cela ontre le non respect de la police municipale, il se fichent qu'un policier soit assassiné en tenue dans le poste de police ... honte à eux.
 

Un seul mot : Scandaleux ...



#207 BADBOY

BADBOY

    V.I.P

  • Membres
  • 1 864 messages
  • Gender:Male

Posté 31 octobre 2016 - 18:37

:angry2: :angry2:



#208 Anubis

Anubis

    V.I.P

  • Membres
  • 1 813 messages
  • Gender:Male
  • Location:Le royaume souterrain

Posté 11 novembre 2016 - 18:24

Pas très cool de la part de la municipalité! Je ne sais si c'est celle de l'époque ou pas, mais quoi qu'il en soit l'ancienne équipe et la nouvelle aurait pu être présent!



#209 lpascal24

lpascal24

    V.I.P

  • Membres
  • 1 196 messages
  • Gender:Male
  • Location:dordogne / Charente Maritime

Posté 11 novembre 2016 - 18:46

Pas très cool de la part de la municipalité! Je ne sais si c'est celle de l'époque ou pas, mais quoi qu'il en soit l'ancienne équipe et la nouvelle aurait pu être présent!


L'ancienne était présente ... pas celle en présente lors de l'assassinat et toujours présente ...

Modifié par lpascal24, 11 novembre 2016 - 18:47.


#210 graal

graal

    Adepte

  • Membres
  • 274 messages
  • Gender:Male

Posté 20 mars 2017 - 20:19

Je penserai encore plus à toi demain alors que y a quelques annèes on etait assis à cote dans la salle d'examen de Rungis!!!






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)